Des fois c’est tout bête. J’étais en train de parcourir mon explorateur de fichiers à la recherche de je-ne-sais quel document, quand mes yeux se sont arrêtés sur un certain dossier. LE dossier. Intitulé sobrement « 0PDB », les initiales du blog. Le zéro pour qu’il remonte à la tête de mes premiers dossiers, « par praticité ». Cette fois-ci on y est enfin, le déclic est là, et plus question que je ne me défile.

Il est enfin l’heure de reprendre mon activité blogesque 😀 (oh yeah) !

Et pourtant, ce n’est pas faute d’y avoir pensé… Un mois dans une vie, on est d’accord, c’est que dalle. Niente. Un mois d’inactivité sur la blogo, quand ton blog n’en est encore qu’à ses balbutiements, c’est statistiques de visites qui tirent la tronche jusqu’à arriver au point de non retour, et cette foutue culpabilité qui commence à sérieusement s’installer. Depuis son renouveau en Juillet, j’ai réussi à me créer un rythme, à publier régulièrement (aah les grandes vacances, cette période bénite !) et, petit à petit, je découvrais le plaisir de constater que mes billets pouvaient intéresser et accueillir des commentaires écris par des personnes toutes plus adorables que les autres. J’aimais réellement ce que je faisais.

En amour avec cette vitrine de magasin de bonbon dans le centre ville de Preston !

La cacalité de mes photos actuelles

Oui mais voilà, en Septembre tout s’est accéléré avec le début de l’aventure Erasmus. Premier couac qui m’a mis un coup de frein : arrivée à l’aéroport avant le départ, je me rend compte avoir oublié mon appareil photo (seum puissance 3000). J’aimais beaucoup dernièrement te partager mes looks (ce sont d’ailleurs ces posts qui avaient l’air de te plaire le plus), donc sans appareil photo ça compromettait sérieusement le truc… Même quand il s’agit d’illustrer un billet humeur j’aime bien utiliser mes propres photos (pour les articles recettes je ne t’en parle même pas.)

However, j’ai réussi à contourner le problème en utilisant l’appareil photo du Wiko du Chéri. Si je n’avais pas une qualité de ouf, j’arrivais quand même à rattraper le coup avec mon logiciel de retouche favori (Lightroom). Pourtant, en oubliant mon Pentax à la maison c’est comme si j’avais oublié le réflexe de mitrailler tout ce qui m’intéresse et pourrait t’intéresser (des photos de la ville où je me trouve, des choses rigolotes, des évènements auxquels je participe, des jolis parcs verdoyants, de la porn-food  haa et j’en passe…). Et moins de photos c’est aussi moins d’inspiration…

Les journées qui passent en accéléré

Toute blogueuse qui me lira aussi pourra confirmer mes propos : écrire des articles qui nous donne satisfaction prend du temps. Il faut trouver l’idée, imaginer l’angle dont on va aborder les choses, choisir des photos/illustrations qui mettront en valeur notre thématique et… et se mettre à pianoter sur son clavier de façon à ce qu’on se fasse (plus ou moins :p) comprendre par son lectorat en espérant qu’il va kiffer et/ou réagir à ce qu’il va lire.  Lorsque j’ai publié mes deux derniers billets look et la recette de l’hérisson apéro, je n’avais pas encore fait ma rentrée à l’université de Preston. On s’était pris 2 semaines avec Titi pour faire nos touristes comme il se doit et « se mettre dans le bain », ce qui nous laissait largement le temps de s’improviser des shootings et de rédiger avec plaisir mes articles.

Or même si à priori j’ai un emploi du temps de feignasse (11h de cours oui-oui-oui), j’estimais que je n’avais suffisamment pas assez de temps pour publier parce que je voulais faire ça bien, et qu’au final je me mettais une pression au fil des jours, et que j’ai fini par ne plus rien faire pour le blog. Pas cool…   S’ajoute à cela les 4-5 matinées par semaine où je vais à la (topissime et gratuite) salle de sport de l’université, les sorties courses, balades et shopping à travers la ville, les travaux de groupe et les projets à rendre, mon addiction aux vidéos Youtube (ne me juge pas, j’essaye de m’en défaire progressivement héhé), les soirées à découvrir de chouettes restos ou au chaud à se mater séries et films… Finalement, je ne vois vraiment pas le temps passer, et mon dieu voilà déjà un mois sans écrire…

Imprévu number one : recueillir cette petite minette trop craquante <3

 

Le coup du « Tiens on va sortir prendre des photos…ah ben non il pleut ! »

Et même si pendant ce mois d’absence j’ai eu des soubresauts d’envie et de motivation où j’étais fermement décidé à te shooter ce magnifique manteau Primark que j’ai shoppé y’a deux semaines (quoi ? Déjà deux semaines !?) c’est le très célèbre temps gris-pluvieux-sans-discontinuer à la British qui vient contre-carrer mes plans. Même logique pour les photos d’intérieur (la technologie a ses limites bouhou).

La pluie a quand même ses avantages : de jolis parcs aux couleurs verdoyantes 🙂

Le phénomène du « plus t’attends, pire c’est »

Je vais pas te mentir, plus les jours passaient et plus je me détachais du blog, comme si je me sentais maintenant « illégitime » d’écrire parce que j’ai en quelque sorte abandonné le navire alors que mon blog commençait tout juste à avoir quelques habituées et qu’il faisait son petit bout de chemin. Je passais alors en coup de vent et constatait le déclin d’intérêt (logique) suite à mon silence radio et m’apitoyais sur mon sort car je ne pouvais m’en prendre qu’à moi-même.  Plus les jours passaient et plus je me disais « tant pis, lâche l’affaire de toute façon il n’y aura plus personne pour lire tes bêtises maintenant ». J’ai par la même occasion arrêté de lire les autres blogs que j’affectionnais beaucoup, comme si inconsciemment j’avais lié de façon indissociable mon activité de blogueuse à la lecture d’autres blogs (ce qui, entendons nous bien, est complètement stupide).

L’un de mes plaisirs favori du vendredi : la maxi gaufre de chez Kaspas 😀 (un « restau » qui ne sert que des desserts, une tuerie !)

La passion finit toujours par l’emporter

Oui, c’est vrai, j’ai arrêté d’écrire sur le blog par manque de motivation, par flemmardise aussi. Par manque d’organisation, par manque de beau temps, par culpabilité et par peur d’écrire dans le vent, comme au début. Mais est-ce que c’est si grave au final ?

La réponse est non. Car aujourd’hui, mercredi 25 octobre 2017, j’ai eu ce déclic à nouveau, cette réelle envie de (peut être) te retrouver et de renouer avec ma passion qui a débuté un beau matin lorsque j’étais en CE1 avec mon tout premier journal intime : écrire tout simplement !

Celle là c’est cadeau (repérée sur le parking d’Aldi, je garde l’espoir de la retrouver à chaque fois que j’y retourne ha ha)

J’ai également l’envie de me replonger dans mes blogs préférés , de découvrir de nouvelles sources inépuisables d’inspiration, et je pense que j’ai un sacré retard à rattraper :p !

Bon sang ce que ça fait du bien de revenir par ici, rien que d’écrire cet article ça me redonne l’envie et j’ai déjà tous pleins d’idées de billets à venir. 😀

On se retrouve donc vite pour de nouveaux articles modes, je te réserve pleins de nouvelles choses !

À très vite…

12 thoughts on “Pourquoi j’ai déserté le blog pendant un mois”

  1. Oh je suis super contente que tu reprennes du service sur le blog! Je comprends totalement ton décrochage, ça m’est arrivé au mois de septembre, et puis un jour on revient avec de la motivation! En tout cas j’ai hâte de te lire. Bisouus

  2. Coucou,

    contente de te revoir par ici ma jolie ! C’est vrai que bloguer prend beaucoup de temps et demande de l’investissement. C’est une passion oui mais à coté on a une vie, un job, des études, une vie sociale. Pour moi c’st pareil, les journées s’enchainent à une vitesse folle et je n’ai aucun moment pour me poser. Je rêve de tout déconnecter pour passer une journée entière au lit. Surtout ne culpabilise pas, ce blog doit rester une passion, un plaisir, une bouffée d’air frais. Si c’est pour bloguer par contrainte ou par culpabilité ce n’est pas la peine.

    Des bisous

    Morgane
    http://www.fille-a-paillette.fr

  3. Coucou ! T’inquiète pas ça arrive d’être en inactivité pendant quelque temps, ça m’arrive aussi parfois. Mais au final on aime tellement faire des articles, partager nos activités, découvertes qu’on revient automatiquement sur la blogsphèse ! Bisous ^^ et à très vite ^^

  4. Hello 🙂

    L’essentiel c’est de garder sa passion intacte, de ne pas culpabiliser et continuer à partager sans se soucier de ce que diront les autres. J’ai eu aussi un long moment de break (plus de 2 ans ou un peu moins) à cause des cours et de mes activités à côté mais bon, faut pas se mettre la pression.

    xx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *