Aloha ! As-tu vu les émissions de la « Famille à remonter le temps » sur M6 ?

Perso j’ai adoré suivre les aventures de cette famille qui ont successivement plongé leur quotidien dans les années 70, 80 et 90. J’ai appris pleins de choses intéressantes que j’ignorais jusque là, et certaines m’ont plus marqué que d’autres d’ailleurs, aka dans les seventies on bouffait de la gelée à toutes les sauces pour rendre ça « plus joli » (hum). Des nanas faisaient des shows et se trémoussaient en string avant le journal de 20h sans que cela ne choque personne dans les eighties. Et enfin les nineties ont été marquées par l’apparition massive en France des rollers et premiers téléphones portables (coucou les nokias incassables ).

Bref tout ça pour te dire que j’ai vachement apprécié ces voyages dans le temps (surtout que je suis une grande fan de la trilogie Retour vers le futur héhé), et que mine de rien je me suis à mon tour replongé dans mes souvenirs de toute jeune ado (c’est à dire, il y a 6-7 ans, c’était y’a pas si longtemps mouaha).

Si t’es allée au collège dans les années 2010-2014, tu vas sûrement reconnaître certaines de ces tendances mode et beauté qui faisaient fureur à l’époque et dont on a un peu honte aujourd’hui (je te préviens, on va se marrer).

Quand tu repenses à la tronche que t’avais au collège

1. Le crayon noir dans la muqueuse

Celui-là j’étais obligée de le mettre en premier, car c’était LA façon de se maquiller pour avoir soit disant le regard le plus captivant de la terre : le crayon à l’intérieur de la muqueuse. Bien sûr il était très fréquent de le faire déborder vers l’extérieur de sorte à avoir un trait aussi épais qu’un câble électrique, et de reproduire également cette merveille sur la paupière supérieure. Plus t’avais les yeux encerclés de noir, et mieux c’était ! Evidemment en bon petit mouton influençable que j’étais, j’avais adopté cette tendance illico, et je te dis pas l’effet panda que j’avais en fin de journée (le waterproof a ses limites entendons nous bien). Et si t’avais le malheur de te gratouiller la paupière en oubliant tout le bazar que t’avais sur les yeux….je te laisse te souvenir ha ha !

2. Le sac à main Longchamp pliage

Est-ce que j’ai vraiment besoin de le présenter ? C’était le sac de la mort-qui-tue pour rivaliser avec les plus populaires de ton lycée (ou pas). Si je me souviens bien dans mon collège c’était à peu près 70% de filles qui en portaient (le restant rivalisait avec des Eastpak, mais c’était plutôt vers la fin de mes années collèges genre 4ème-3ème). Le mien était brun (les plus répandus étaient de toute façon bleu marine, prune, noir ou brun, quelle originalité) et a dû me tenir 2 ans pas plus. Oui parce que clairement pour la qualité tissu que c’était, les 60 balles ça faisait un peu mal au portefeuille de maman. On n’oubliera pas non plus la façon « BCBG » (les guillemets ont leur importance hein) de porter ce sac à main : sur l’avant-bras, le coude collé à la hanche. On avait le swag  ou on l’avait pas.

3. Chez les mecs #1 : la coiffure porc épic

Et encore là je suis sympa

Influence de la tecktonic oblige (oh mon dieu), il était monnaie courante chez les garçons d’arriver chaque matin avec l’équivalent d’un pot entier de gel sur la tête. Le modèle le plus en vogue étaient les traditionnels picots sur le haut de la tête avec les cheveux très courts sur les côtés, mais on avait aussi la version mèche luisante plaquée vers l’arrière (et on trouvait ça sexy à l’époque, no comment) (si si, je sais que toi aussi). Ce qu’il y avait de plus drôle dans tous ça, c’était l’état dans lequel ils se mettaient lorsqu’on avait le malheur de laisser courir nos doigts sur leur oeuvre d’art : « hiinnnn mais arrête tu vas m’enlever le geeeel »

4. La french manucure

A l’époque (oui bon, je peux pas mettre des guillemets partout non plus), c’était le boum des ongles longs et du nail art, et avec eux…la fameuse french manucure. Je me rappelle même qu’il y avait des nénettes dans mon bahut qui se la faisaient au blanco. Au BLANCO. Ok, ça m’est peut être arrivé une fois aussi…mais je l’ai vite regretté tellement c’était moche. Et pourtant je pouvais y passer des heures à la faire avec un vrai vernis, même que je trouvais que c’était le comble du style… Aujourd’hui ça serait juste hors de question, même bien réalisée je trouve que cette manucure fait fake et vulgaire…pas toi ?

5. Les T-shirts et gilets Little Marcel

Surement la tendance mode qui me déroute le plus aujourd’hui…  Tu sais, c’était ces vêtements rayés noir et avec des camaïeux de couleurs plus que douteux. Y’a eu une courte période où tout le monde avait au moins un T-shirt bariolé, c’était la base. De mon côté j’avais un T-shirt avec un dégradé de rouge-orange-jaune, et un gilet mêlant toutes les teintes de mauves imaginables (#mauvaisgoût). On est loin de la mode des minis-shorts taille haute qui te font voir les plis des fesses qui sévit dans les collèges et lycées d’aujourd’hui hein ?

6. Les cheveux raides comme des baguettes

Voici ce qui était mon rêve de collégienne

Ou la mode des cheveux cramés par les fers à lisser. Et oui, c’était hyper trendy d’avoir les cheveux longs très plats et sans volume, sans un frisotti qui dépasse. Je me rappelle avoir bavé devant les cheveux d’une très jolie fille du collège (elle était en 3ème alors que je venais juste de faire mon entrée dans le secondaire) : ils étaient châtains brillants, fins, très lisses et sans aucun volume. Je rêvais tellement d’avoir les siens… Pas de chance : les miens étaient épais et indisciplinés, avec pleins de mèches folles , ni lisses, ni bouclés, ni joliment ondulés. J’avais alors tanné ma mère pendant des décennies pour qu’elle m’achète un lisseur jusqu’à ce qu’elle finisse par céder après avoir ramené un bon bulletin de notes (j’étais très motivée quand je le voulais haha). C’est comme ça que je me suis retrouvée avec des cheveux certes lisses, mais après des années d’utilisation ils étaient tellement morts que j’ai dû les couper au carré. Morale de l’histoire : toujours écouter sa mamoune chérie qui me disait de l’utiliser avec parcimonie.

7. Les mitaines en résille trouées et les boucles d’oreille virus

On remercie encore une fois la Tecktonic pour nous avoir amenée la déferlante des mitaines en résille et des boucles d’oreille virus qui te donnait un air rebel trop stileyy. La crème de la crème était bien entendu les mitaines et boucles roses, jaunes ou vertes fluo que l’on trouvait chez le fournisseur officiel de bijoux et accessoires pour ado, aka Claire’s.

8. Le fond de teint orange

J’en rigole encore. Il faut se rappeler qu’en ces temps là le bronzage était très très à la mode, et qu’en hiver la seule solution pour respecter ce diktat c’était de se tartiner la tronche de fond de teint plus foncé que sa carnation, et tant pis pour l’effet carotte. Bien que réfractaire (pour une fois) à ce courant, j’avais quand même ce teint douteux et cette affreuse démarcation dans le cou QUELQUE SOIT le fond de teint que je mettais. Oui car ma peau très claire ne matchais pas du tout avec les 3 références de fond de teint qui se battaient en duel proposées par les marques de grande surface. Je devais donc faire avec, car me passer de fond de teint était juste inconcevable pour moi à cause des nombreux chtars que je me coltinais sur le front et le menton. Aaah, les joies de l’adolescence.

9. Les pantalons extra slims

Même les mecs s’y mettaient ! La normalité était d’arborer un pantalon qui te moulait de la taille jusqu’au cheville en mode corset des jambes. Ma penderie était uniquement composé de ces pantalons ultra serrés qui te boudinerait même une mannequin. Et je trouve que c’est cette mode qui a le perduré le plus longtemps. Heureusement depuis qu’on a inventé les pantalons culottes, chino, smoking et amples qui nous laissent respirer. On peut dire qu’avant la mode ne rimait vraiment pas avec confort !

10. Les T-shirts à message de chez Jennyfer

J’en étais trop fière en plus

 

Là encore j’ai besoin que tu me dises si c’était une mode d’ampleur nationale ou si c’était juste un phénomène dans mon patelin. Les T-shirts du style « 100% unique » au recto et « j’me prends pas la tête » au verso avaient un succès fou dans mon collège. Je m’étais même amusée à les collectionner (j’étais dans la période où Jennyfer était l’une de mes boutiques préférées, et rappelons qu’à l’époque l’enseigne proposait des fringues comment dire…un chouïa vulgaire).

11. Les best friend bracelets

Qui n’a jamais succombé avec sa meilleure amie à cette tendance des bracelets d’amitié, où chacune avait une petite chaîne avec la moitié d’un coeur qui quand on les réunissait formait le « best friend »? Ah la la, que de souvenirs… Fallait quand même faire attention pour les amitiés multiples car ça pouvait vite virer en jalousie et crêpage de chignons !

12. Chez les mecs #2 : les pantalons de survet (bleus) Tacchini

Aucun commentaire à ajouter, cette photo et l’horreur qu’elle dégage se suffisent à elles mêmes.

13. Les cils effet pattes d’araignée

Pour aller avec le combo crayon noir-fond de teint orange, rien de mieux que des cils d’araignée pour avoir le total look de la cagole fille stylée du collège ! Parce que oui, beaucoup de nanas adoraient le rendu que procurait une soixantaine de couches de mascara sur les cils (je détestais ça , hallelujah). Sans doute que ça leur donnait plus de volume et un effet millionnasse de cils, je me demande quand même si quand elles fermaient les yeux longtemps y’avait des chances pour que leurs cils restent collés ?

 

Je pense avoir fait le tour des tendances que j’ai connu et (hélas) pour la plupart suivies lorsque j’étais au collège ! Quelles ont été les tiennes ? Je veux tout savoir (et me sentir moins seule) !!

À bientôt 🙂

 

 

11 thoughts on “Ces tendances du collège qui ont marqué mon adolescence”

  1. Très sympa l’article 🙂 Pour la coupe de cheveux, c’est encore à la mode je crois… Mais en pire.
    Le pire je crois c’était le maquillage, ça va je ne l’ai pas fait longtemps je orange mal étalé mais il y avait des nanas qui se maquillaient n’importe comment, c’était très. moche. Et il y en a encore maintenant…
    A bientôt, eloonly 🙂

    1. Hello !
      Ha ha tu as peut être raison, en tout cas cette lubie est finie pour moi : je vis en paix avec mes ondulations 😉
      Bisous Eloonly 😀

  2. Hello, cet article est génial! Je retrouve vraiment toutes les atrocités de cette période…
    Bon perso j’ai jamais eu le sac Longchamp, trop cher mais à l’époque c’était pas ce qui m’importait, en revanche les trucs Little Marcel j’adorais, la fierté quand j’ai eu mon sac de cours de cette marque! Puis le collier bff je l’ai eu aussi…A l’époque Claire’s c’était la mine d’or!
    Bref, top cet article, des bisous xx

    1. Coucou Diane !
      Merci beaucoup , j’ai adoré écrire ce billet 😀
      On est bien d’accord, Claire’s à l’époque c’était notre repère ha ha
      Bisous-bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *